Oui, vous avez bien lu ! Mais il s’agit évidemment d‘Etienne Daho, pour une petite tournée (moins de 20 dates) afin de célébrer son album préféré, le sixième, sorti en 96 : Eden.

Un disque déroutant, assez mal accueilli par les critiques et qui n’avait pas trouvé son public, doux euphémisme pour dire qu’il n’avait pas bien marché ! Mais un disque que le chanteur adore et qu’il a toujours âprement défendu. Au fil du temps, je dirais que les “vrais fans” aussi.

Alors, le têtu Etienne a décidé de le rejouer dans son intégralité, dans l’ordre, dans des salles un peu inhabituelles à travers la France. Et à Lyon, petits veinards que nous sommes, c’est l’auditorium qui a été choisi, avec en prime l’Orchestre National de Lyon.

Une soirée prometteuse, dont les 2000 billets se sont arrachés mais qui finalement fut un peu décevante.

Pas du fait de Daho, même s’il semblait un peu enroué (allez-y, déchainez-vous sur les blagues à 2 balles sur sa voix, c’est cadeau !) mais plus du fait de la salle.

Tout d’abord le son, que j’espérais très bon, et qui mit environ un quart d’heure à être réglé correctement.

Ensuite, heureusement que nous avons vu de nos yeux vu l’orchestre parce qu’on ne l’entendait quasiment pas, excepté sur quelques titres comme “Soudain” qui ne commence qu’avec des cordes !

Quel dommage !

L’interprète de “week-end à Rome” était accompagné de ses musiciens habituels, notamment Jean-Louis Pierot -qu”on aime beaucoup- mais dont le synthé était bien trop fort !

Finalement, un tel lieu n’est peut-être pas très adapté à un concert pop rock. Nous étions tous (trop) confortablement assis, avec une interdiction tacite de bouger, ce qui était frustrant pour la plupart d’entre nous ! Et avec toute une partie en arc de cercle vide devant lui, l’artiste paraissait loin, coupé du public. D’où une sensation de froideur en dépit du légendaire déhanché de Daho !

De plus, le service de sécurité était visiblement chargé d’interdire toutes les vidéos (mission impossible dans un concert avec les portables…). Mais les photos étaient autorisées alors quelqu’un surgissait régulièrement derrière moi (et tous ceux qui sortaient leur téléphone !) pour vérifier ! C’était assez troublant et pénible !

D’autant que je filme (ou photographie) en prenant soin de couper le son évidemment mais aussi en baissant au maximum l’intensité de l’écran (que je mets à hauteur de mon visage) pour ne pas gêner (ou vraiment le minimum) les gens autour.

Extrait de “Au commencement” en ouverture
(jeu de mots que les puristes apprécieront !)

Etienne Daho s’est dit “heureux, fier avec total la trouille” et a courageusement assuré le show même s’il semblait également gêné ! Il a mis du temps à se détendre et… nous aussi !

Quand je dis “nous” c’est que durant le concert et après (voire les jours suivants sur internet), tous ceux auxquels j’ai parlé étaient déçus du son et de l’ambiance.

Comme prévu, le chanteur rennais a interprété la douzaine de chansons dans l’ordre en ajoutant « De bien jolies flammes », éjectée de l’album à l’époque.

Histoire de rallonger un peu le show, Daho a joué également un mini album sorti quelques mois avant “Eden”, fruit de sa collaboration avec un groupe anglais nommé “Saint Etienne”.

Une pochette signée Pierre et Gilles

“Reserection” (contraction de résurrection et erection) est un ovni discographique mêlant pop, techno et électro. Il est sorti dans un contexte étrange, au moment où une rumeur annonçait purement et simplement la mort d’Etienne Daho (du SIDA).

Au moment du rappel, nous sommes un certain nombre à avoir craqué ! On s’est levé pour courir devant la scène afin de danser et chanter. Aucun mouvement d’hystérie (on a passé l’âge !) mais là encore, le service de sécurité a fait du zèle en nous faisant reculer !

Il y avait donc encore du vide (moins heureusement !) entre le chanteur et nous !

Bloqué dans sa période nineties, Etienne Daho nous a fait cadeau de “Idéal” et “Le premier jour du reste de ta vie”, les 2 inédits de sa compilation “Singles” sortie en 96. Sachant que “le premier jour” a vraiment relancé sa carrière et que c’est un des titres préférés du public.

Là, enfin, c’était lui ! Mais un peu tardivement !

Je le revois dans 3 semaines…

A suivre…

PS Pour être tout à fait honnête, je dois signaler que sur les conseils d’une internaute, j’ai écrit à l’Auditorium qui m’a gentiment répondu en reconnaissant les problèmes de son et en m’invitant à un autre concert. Je n’irai pas mais j’ai trouvé le geste sympa !

Shares

Pin It on Pinterest

Share This

Exprimez-vous !

Si vous avez aimé... Commentez, likez ou partagez cet article avec vos amis !