Soit une vingtaine de kilomètres dans Belfast.

Autant vous dire que le soir, Laurence et moi, on était claquées.

Mais, pour découvrir une ville, il faut marcher… alors on a marché !

On est d’abord parties vers le centre ville, dans le Victoria Square, un centre commercial malheureusement assez mort le dimanche mais très beau avec un mélange de moderne et d’ancien.

Ensuite, devant le peu d’animation du centre ville, on est courageusement parties dans le Nord Ouest découvrir les Peace Walls (murs de la paix).
Enfin… On en a vu une infime partie puisqu’apparemment il y en a près d’une centaine.
Je vous invite à regarder sur Wikipédia si vous voulez en savoir plus sur ces murs mais en résumé (ben oui, je résume encore mine de rien !), ce sont des séparations érigées entre les quartiers catholiques et les quartiers protestants. Comme vous le savez, sont pas copains du tout là-bas…
Et ils ne font pas semblant puisque ces murs sont parfois hauts de 25 mètres, avec des grilles. Il semblerait même qu’il y ait encore une milice armée à certaines portes mais nous n’avons rien vu de tout ça. Dieu merci (si je puis dire en parlant de guerre de religion) c’était très calme. Mais impressionnant quand même… L’ambiance est un peu lourde…

Comme vous pouvez le constater, il y a des références directes à l’Irlande et au conflit mais aussi des hommages à des personnalités comme Nelson Mandela, John Lennon ou Barack Obama. Il y a aussi des slogans beaucoup plus récents comme « Black Lives Matter ».

Les portes sont encore parfois fermées… Le Bréxit a notamment ravivé les tensions. Mais d’après ce que j’ai lu, le gouvernement a pour but d’en finir avec ces murs dans les prochaines années.

Plus surréaliste, au milieu de tout ça, on a entendu de la musique assez rock’n roll s’échapper d’un bâtiment qui ressemblait vaguement à un entrepôt. Au cas où ce soit U2 qui répète son dernier album, on est rentrées et là, contre toute attente, on est tombées sur… une messe !
On est malheureusement arrivées à la fin ! Et j’ai un peu honte mais j’ai fait une petite vidéo…

On n’est peut-être pas au niveau des messes Gospel de Harlem à New York mais il y a du potentiel !

Les pas s’accumulent, les kilomètres augmentent, il ne fait pas chaud… On commence à avoir faim et Laurence ayant lu que le Saint George’s Market était LE marché à faire, on décide de se rapatrier dans le centre ville. Vu la distance, on se dit qu’un bus doit bien nous en rapprocher, on cherche un peu, on trouve, on achète un billet, on grimpe vaillamment dans le G1, on présente fièrement notre titre de transport au contrôleur et là, je lui demande si ce bus va bien vers le marché. Il sourit, il nous dit que oui mais qu’il faut qu’on descende au prochain arrêt et qu’on le prenne… dans l’autre sens. Toujours ce fameux sens de l’orientation… On s’éjecte rapidement un peu penaudes et on repart enfin dans la bonne direction !

On trouve un Pub sympa et on s’installe pour le traditionnel « Sunday Roast » : une grande assiette remplie d’une viande au choix, de légumes, de purée et de la fameuse sauce Gravy.
Allez, je vous mets trois photos pour vous mettre l’eau à la bouche… ou vous dégouter !

Et c’est là que Laurence, que l’on pourrait surnommer « la reine des enveloppes » (une pour les billets d’avion, une pour les tickets de concert, une pour les papiers officiels ! aurais-je trouvé mon maitre en matière d’organisation et de maniaquerie ?) Bref, c’est là que Laurence me tend une enveloppe soit-disant pour vérifier la date du concert de TEXAS. Autant vous dire que j’étais sûre que c’était le 14 février puisque j’avais plaisanté en disant que passer la Saint Valentin avec Sharleen Spiteri, c’était quand même la classe !

Pourtant, contre toute attente, je découvre des billets pour le 13, donc… le soir-même !
Apparemment j’avais oublié que le groupe devait à l’origine se produire le dimanche soir et que devant l’engouement ils avaient rajouté une date le lendemain ! Laurence, elle, s’en rappelait et elle a surveillé de temps en temps le site internet de la salle jusqu’au jour où elle a trouvé deux places ! Et elle m’en a gentiment offert une pour me remercier de l’avoir entrainée dans ce périple (honnêtement je ne sais pas qui a entrainé qui mais bon…)
Je vous épargne la vidéo de ma tête d’ahurie en découvrant la (bonne) surprise parce que oui… j’ai été filmée pour Julie qui voulait ma tronche à l’instant T puisqu’elle était dans la confidence.
(Comme ça, vous ne verrez pas non plus que j’ai failli verser ma larme parce que en vrai, entre nous, vous ne lui direz pas mais j’ai trouvé ça super gentil !)

Après un tour au Saint George’s Market (des stands de bouffe, de produits locaux mais aussi de souvenirs probablement faits en Chine…), on est rentrées à l’hôtel se reposer un peu puisque le soir, on avait finalement un truc de prévu !

Evidemment, on était bien trop en avance alors on a décidé d’aller boire un verre au bar du Waterfront Hall (la salle de concert). Bar fermé… Puisque Sharleen, affublée de ce son indispensable bonnet jaune, faisait des photos avec les fans ayant le « VIP package », que nous n’avions pas… enfin, pas pour le dimanche soir… teaser pour l’article de demain !

Comme j’ai pitié de vous ( et que je suis crevée !), je ne vous débriefe pas le concert. Je pense que je ferai un post spécial avec tout plein de photos et de vidéos, que seuls les fans regarderont !

Allez stay in touch !

Juste quelques mots encore… Hier, j’ai hésité à vous dire que c’était le quatorzième anniversaire du décès de mon père. Parce que ça n’avait rien à voir avec le schmilblick. Mais après j’ai regretté. Parce que quand même, hier, ça a fait quatorze ans que ma vie a changé. Et je l’imagine, me demander « mais ce truc là, ce blog, ça te rapporte quoi ? »…

Shares

Pin It on Pinterest

Share This

Exprimez-vous !

Si vous avez aimé... Commentez, likez ou partagez cet article avec vos amis !